II. FEMINISME ET ANARCHISME : ANARCHO-FEMINISME

Tout d'abord une définition de l'anarchisme :

Le terme anarchie est un dérivé du grec (« anarkhia »). Composé du préfixe a- privatif « an- » (en grec , « sans », « privé de ») et du mot « arkhê », (en grec , « origine », « principe », « pouvoir » ou « commandement »). L'étymologie du terme désigne donc, d'une manière générale, ce qui est dénué de principe directeur et d'origine. Cela se traduit par « absence de chef », « absence d'autorité » ou « absence de gouvernement ».

La définition du dictionnaire donne à propos de l'anarchie et de l'anarchisme :

Anarchie n.f. Désordre résultant d'une absence ou d'une carence d'autorité. Attitude de refus d'autorité. Confusion due à l'absence de règles ou d'ordres précis.

Anarchisme n.m. Conception politique qui tend à supprimer l'État, à éliminer de la société tout pouvoir disposant d'un droit de contrainte. Refus de toute autorité, de toute règle.

Théorisé au XIXème siècle, en particulier par Proudhon, Bakounine, Kropotkine, l'anarchisme se divisa en de nombreux courants: individualiste à la suite de Stirner, collectiviste, terroriste avec Ravachol, anarcho-syndicaliste. Jouant un grand rôle lors de la Révolution russe en 1917, et de la guerre d'Espagne en 1936-1939, il connut un regain d'intérêt en mai 68.

Sa doctrine est basée sur plusieurs principes fondamentaux: la lutte des classes, l'abolition de toute autorité, notamment celle de l'État ou de l'Église, le rejet de la propriété privée, la liberté totale et l'égalité entre tous les Hommes.

L'anarchisme est apparu dans la première moitié de XIXème siècle et s'est développé avec la révolution industrielle.

L'anarchisme est une philosophie politique qui présente une vision d'une société humaine sans hiérarchie, et qui propose des stratégies pour y arriver, en renversant le système social actuel. L'objectif principal de l'anarchisme est d'établir un ordre social sans dirigeant. Un ordre basé sur la coopération volontaire des hommes et des femmes libres et conscients qui ont pour but de favoriser un double épanouissement : celui de la société et celui de l'individu qui participe au premier.

L'anarcho-féminisme croise les idées féministes et anarchistes.

L'anarcho-féminisme est une branche du féminisme qui voit la domination des hommes sur les femmes comme l'une des premières manifestations de la hiérarchie dans nos sociétés. L'anarchisme et le féminisme sont deux mouvements qui se côtoient depuis la moitié du XIXe siècle, ils y voient le patriarcat comme l'une des premières manifestations de la hiérarchie dans nos sociétés.

On parle aussi d' "anarcha-féminisme". Ce combat contre la hiérarchie des genres, les amène à combattre également la hiérarchie qui repose sur les institutions comme l'État.

Le mouvement est né en Espagne en 1936 (Mujeres Libres). Il s'est développé après dans les années 1960, bien qu'il s'appuie sur des auteurs du début du XXe siècle comme *Emma Goldman et *Voltairine de Cleyre .

Ce thème regroupe les luttes antisexistes, contre le patriarcat, les luttes pour l'égalité homme-femme, contre les discrimations sur le genre ou l'orientation sexuelle.

L'égalité réelle entre hommes et femmes est loin d'être une réalité. La liberté de choix de sa sexualité non plus. Il s'agit pourtant de droits fondamentaux.

L'Anarcho-féminisme ou Anarcha-féminisme, s'est développé dans les années 1960, mais il s'appuie sur des auteures du XVIIIe siècle et du XIXe siècle comme Mary Wollstonecraft, Emma Goldman, *Louise Michel et Voltairine de Cleyre. En essence, cette théorie voie la lutte anarchiste comme une composante essentielle de la lutte féministe et vice-versa. La féministe du 18ième siècle, Mary Wollstonecraft, avait des positions proto-anarchistes. Durant la guerre civile espagnole, les Mujeres Libres organisait la défense des idées anarchistes et féministes.

Les anarcho-féministes critiquent les vues de plusieurs théoriciens anarchistes traditionnels comme Proudhon ou Bakounine, parce qu'ils ont parfois vu le patriarcat comme un problème mineur qui est intégral seulement dans le capitalisme et disparaitrait avec celui-ci. Quelques uns ont même supporté le patriarcat. *Proudhon , par exemple, voyait la famille comme l'unité de société la plus basique et de sa moralité et sa pensée, les femmes avaient la responsabilité de remplir un rôle traditionnel à l'intérieur de la famille. Un important aspect l'anarcho-féminisme est son opposition aux conceptions traditionnelles de la famille, de l'éducation et des normes de genre.

 

Une anarcha-féministe importante: Mary Wollstonecraft

Mary Wollstonecraft, née le 27 avril 1759 à Spitalfields et morte le 10 septembre 1797 à Londres, est une institutrice, femme de lettres et féministe anglaise, surtout connue pour son pamphlet contre la société patriarcale de son temps, Défense des droits de la femme.

La Révolution française, qui proclamait la libération de l’individu de toutes les chaines sociales, souleva dans l’âme enthousiaste et éprise d’indépendance de Mary Wollstonecraft, pauvre, ayant vécu pendant des années la vie servile de gouvernante et d’institutrice, ayant souffert des hommes, de son père, de ses frères, ayant vu sa sœur brutalisée par son mari, un monde de pensées.

En 1790, elle rédigea une Défense de la Révolution contre Burke.

En 1792, alors que s’affrontaient, en Angleterre, partisans réformistes et adversaires de la Révolution française, Wollstonecraft n’hésite pas à rapprocher les deux doctrines dans un pamphlet paru en 1792, Vindication of the Rights of Woman, traduit en français la même année sous le titre de Défense des droits de la femme où elle oppose et rapproche l’exploitation dont sont victimes les femmes les plus pauvres, contraintes au travail salarié ou à rémunérer leurs services sexuels, au sort des jeunes femmes de la petite et moyenne bourgeoisie, privées de toutes perspectives professionnelles par les préjugés et le défaut d’éducation, et réduites à faire un beau parti. Ce plaidoyer en faveur d’une égale éducation des hommes et des femmes, véhémente protestation contre la prétendue infériorité intellectuelle des femmes, où s’affirmaient, pour la première fois, les doctrines et les prétentions féministes, fit du bruit.

Dans la nuit du 30 août 1797, vers onze heures, Mary Wollstonecraft donna naissance à une petite fille, que l’on appela Mary. N’ayant pas voulu que son mari assiste à l’accouchement, Wollstonecraft lui écrivait d’heure en heure pour lui signaler son état. Le lendemain, elle commença d’être souffrante et, au bout d’une semaine, elle mourut au matin, probablement d’une fièvre puerpérale. Connue sous le nom de Mary Shelley, l’enfant sera l’épouse du poète Shelley et l’auteure du célèbre roman fantastique Frankenstein ou le Prométhée moderne.

En France, Mary Wollstonecraft sera vite oubliée jusqu’à sa redécouverte par *Flora Tristan en 1840.